LA COLOMBIE 2018

VILLA DE LEYVA - BARICHARA

Depuis Bogota, joindre ces deux petites villes impose des heures d’une route en aussi mauvaise état que les amortisseurs de notre Duster.

Histoire de finir de nous casser définitivement le dos, les rues de Villa de Leyva sont recouvertes d’énormes pavés disjoints que même les organisateurs du Paris-Roubaix n’oseraient mettre au programme.

Le Michelin les annonce comme les plus belles villes coloniales de Colombie qui s’animent surtout le week end, par les Bogotanos venus respirer autre chose que leurs pots d’échappement.

Le Michelin ne s’est pas trompé, elles ressemblent aux villages mexicains écrasés de chaleur (aujourd’hui) des westerns spaghettis . On s’attend à voir déboucher Clint Eastwood ou Kirk Douglas sous leur poncho un bout de mégot aux lèvres. En fait, ses rues sont la copie conforme des bâtisses Andalouses. Le soir tombé des dizaines de petits restaurants s’animent et vous proposent de venir écouter les gringos à la guitare.

Vous nous demandez : « et la nourriture ? » c’est vrai qu’en bons français, on ne se refait pas… Jusqu’à hier soir, on vous aurait répondu : « pas terrible !» mais depuis, on a découvert la viande rouge, tendre à souhait et de sacrées portions. Il faut insister pour « bleu » autrement c’est trop cuit.  

Mais les photos ci-dessous parlent d’elles-mêmes et on vous réserve les commentaires pour les longues soirées diapositives une fois rentrée…

 

 

Alors je ne résiste pas à un peu de culture, mon dada, comme vous le savez… La culture, c’est comme la confiture…etc. !!

Le mythe de l’ELDORADO.

La version de notre guide trouve ses origines bien avant l’arrivée des conquistadors espagnols au 16° siècle.

Dans la tradition du peuple Indien Muisca, proche de Bogota, les seigneurs prenant le pouvoir, se présentaient au bord d’un lac, montaient sur un bateau, y jetaient toute sorte d’objets en or et s’enduisaient de poudre d’or avant de se baigner dans le lac devenu sacré. L’or n’avait pour eux aucune valeur car ni un moyen de se nourrir ni pouvoir de fertilité.

La légende est arrivée aux oreilles des Conquistadors qui n’ont eu de cesse de retrouver ce lac. Une fois certain du lieu, ils ont creusé un canal en son bord pour le vider et s’emparer du précieux trésor. Mais aussi déçus, car ils avaient cru que « l’homme recouvert de poudre d’or », était une immense statue en or.

La légende de l’ELDORADO était née. (C’est en tous les cas celle de notre super guide, Balthazar) 

Adios

Prochaine étape, Salento le pays du café

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié à 19:37, le 5/02/2018, Barichara
Mots clefs :


{ Page précédente } { Page 3 sur 5 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités



Rubriques


Derniers articles

CARTHAGENE et l'Ile de MUCURA...The End
VALLEE DE COCORA - SALENTO
VILLA DE LEYVA - BARICHARA
BOGOTA
C'EST REPARTI

Sites favoris


Amis